Un retour mouvementé

 

Hello, Hello,

Samedi 3 mars,je rentrais un peu sur mon Ile, afin de profiter d’un temps plus clément, enfin en théorie. J’ai regardé  la météo, de vrais giboulées de Mars sont attendues toute la semaine. Youpi.

Je me rends donc avec mes parents sur Paris pour prendre l’avion depuis Reims.

Il  n’y a pas trop de monde sur la route, les températures sont repassées en positives, il fait même beau sur Paris (comprenez il y a du soleil). Tout cela est beaucoup trop beau pour durer.

C’est au moment de l’embarquement que les problèmes ont commencé à arriver : il y a un peu de retard du à un changement d’avion. Au lieu de prendre un vol air Corsica, nous prenons un  vol air France, avec un avion beaucoup plus gros.

Une fois installée, on nous annonce qu’il y a pas mal de turbulences en Corse – d’où le changement d’avion. Aucun problème. Nous ne sommes pas pressés.

Le trajet se passe sans encombre, il y a un grand soleil dehors. J’en profite pour prendre quelques photos (foutu addiction). Tout se passe bien. Jusqu’à la descente.

A partir du moment où nous avons commencés à traverser la Méditerranée, les premières turbulences annoncées se sont fait sentir. Pas de quoi fouetter un chat cependant, il suffit juste de rester dans son siège et attendre que cela passe et j’ai connu pire.

On sent que plus on se rapproche de la terre, plus il y a de résistance. L’atterrissage a été vraiment un peu sportif – mes cervicales l’ont  bien senti passer. C’est là que l’on voit que pilote d’avion se n’est  vraiment pas un métier à la porté de tout le monde.

Une fois à la maison, je retrouve ma chambre. Mon premier réflexe comme a mon habitude, est d’ouvrir ma valise. Problème : je n’étais plus sure du code d’ouverture. Cela ne m’arrive que rarement d’oublier quelque chose d’aussi important.  Pas trop grave, je me dis que c’est la fatigue et que ça va me revenir. Nous étions invités chez des amis pour dîner, je pars sans trop me stresser.

Le repas avec nos amis se passent bien, on a passé une très agréable soirée. Retour à la maison vers 22h30 (C’est tôt mais on était crevé).

Je retente de nouveau d’ouvrir ma valise. Je fais un code que je pense être le bon (ça fait 3 ans que j’ai cette valise et je n’ai JAMAIS changé le code). Ca ne marche pas. Je pense que j’ai peut-être au moment de la fermeture sans faire exprès changé un chiffre … je les essaie donc tous. Toujours aucun résultat. Au final, j’ai du forcer ma propre valise. Heureusement qu’elle était en tissu. Maintenant il ne me reste plus qu’a en acheté une nouvelle avant la semaine prochaine.

Et pourtant les vacances avaient si bien commencé. En même temps s’il ne mettait pas arriver la moindre galère, ce n’aurait pas été drôle.

Et vous quelles sont vos pires galères de voyage ?

Voila, c’est tout pour aujourd’hui.

#Bisous

Crylune

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s